Vous êtes ici : Accueil > Physiologie / Anatomie. > Rappel : méninges, Système nerveux.
Publié : 13 septembre 2014

Rappel : méninges, Système nerveux.

Les méninges sont les enveloppes du système nerveux central. Elles sont au nombre de 3, disposées concentriquement, de la plus proche du système nerveux à la plus éloignée : la pie-mère, l’arachnoïde, la dure-mère.

- La Pie-Mère est adhérente au tissu nerveux dont elle suit les contours. Elle apparaît donc dans tous les sillons de l’encéphale mais ne pénètre pas dans le sillon médian de la moelle épinière. Entre deux racines nerveuses, la pie-mère émet de chaque côté un prolongement vers la dure-mère, le ligament dentelé.

- L’Arachnoïde est unie à la pie-mère par des trabécules situés dans la cavité sous-arachnoïdienne, emplie de liquide cérébro-spinal.

En fait, pie-mère et arachnoïde composent un même ensemble histologique s’interposant entre la substance nerveuse et la dure-mère, d’où la notion de lepto-méninges. Elles établissent divers revêtements entre lesquels se trouve la cavité sous-arachnoïdienne où circule le liquide cérébro-spinal entre des trabécules délimitant des rivuli et des citernes (chiasmatique - inter pédonculaire - cérébro cérébelleuse, cérébello médullaire).

- La dure-mère membrane dure, inélastique offre deux dispositions différentes selon qu’elle se place dans la boîte crânienne ou bien dans le canal vertébral. Nous examinons donc à la suite :

1. La Dure-mère dans le Canal vertébral

Elle est toujours séparée du tissu osseux par un espace empli de tissu conjonctif, l’espace péridural. Ventralement, cet espace est occupé par le ligament longitudinal dorsal [cf. vertèbres - arthrologie] et par les plexus veineux vertébraux, qui séparent la moelle épinière du plancher du corps vertébral.
Au niveau de la terminaison de la moelle épinière, les méninges, et plus particulièrement la dure-mère présentent une disposition particulière. Pour la comprendre, il est nécessaire de remonter à l’époque fœtale au cours de laquelle se produit l’"ascension apparente de la moelle".

A l’origine, il y a correspondance entre la longueur de la moelle épinière et celle du canal vertébral qui la contient, de sorte que chaque nerf spinal sort du canal vertébral en regard de son lieu d’émergence de la moelle épinière.

Par la suite, la croissance des vertèbres est plus rapide et définitivement plus forte que celle de la moelle épinière. Or celle-ci est solidement fixée :

* Crânialement par sa continuité de structure avec l’encéphale,
* Caudalement par sa terminaison au plancher du canal vertébral en région sacro-caudale.

D’où :

• L’apparition d’un filum terminale, fin filament de névroglie, issu de l’étirement médullaire, qui termine la moelle épinière tout à fait caudalement et l’unit au plancher du canal vertébral,
• Le report crânial de l’origine apparente du nerf spinal sur la moelle épinière par rapport à son trou intervertébral de sortie. En première approche, ce phénomène est d’autant plus marqué que l’on se dirige vers les segments les plus caudaux de la moelle épinière, d’où :
- La présence d’une "Queue de cheval", due à la disposition oblique des nerfs lombaires et sacraux dans le canal vertébral, entourant le filum terminale, médian,

- Une variation spécifique dans le niveau de terminaison de la moelle épinière dans le canal vertébral :

* La dernière vertèbre lombaire chez le Chien et les Ruminants,
* La première vertèbre sacrale chez les Equidés,
* La troisième vertèbre sacrale chez le Chat.
* La première lombaire chez l’homme.

Que deviennent les méninges lors de l’ascension apparente de la moelle ?

* Les lepto-méninges entourent le filum terminale,
* La dure-mère constitue le cône dural, qui recouvre le filum terminale et son entourage lepto-méningé et se poursuit jusqu’aux premières vertèbres caudales sur lesquelles elle s’insère, définissant le ligament coccygien, associé au ligament longitudinal dorsal (jusqu’à la 4/5 vertèbre caudale chez le chien).

2. La Dure-Mère dans le Crâne

A l’encontre de sa disposition dans le canal vertébral, la dure-mère est adhérente à la paroi osseuse. Elle offre trois particularités régionales :

• La faux du cerveau. Cette expansion de la dure-mère s’insinue dans le sillon inter-hémisphérique de l’encéphale, soit entre les hémisphères cérébraux. Sa forme de faux lui confère deux bords et deux extrémités :
• Un bord dorsal, convexe, qui s’attache sur la crête sagittale interne,
• Un bord ventral, concave. Libre, il entre en rapport avec le corps calleux
• Une pointe, extrémité rostrale insérée sur la crista galli, relief osseux situé rostralement au chiasma optique et port par l’os ethmoïde,
• Une base, extrémité caudale fixée sur la protubérance occipitale interne.
• La tente du cervelet. Elle est constituée de deux expansions latérales et symétriques fixées de la manière suivante :

La tente du cervelet divise la boîte crânienne en deux loges : une loge rostrale, contenant les hémisphères cérébraux et une loge caudale contenant le cervelet.
Elles se fixe sur les écailles temporales et sur les apophyses clinoïdes du sphénoïde.

• Le diaphragme de la selle [sous-entendu turcique].
Il doit son nom à sa forme de diaphragme enserrant la tige hypophysaire dorsalement à la selle turcique, qui loge l’hypophyse. C’est la continuité de l’insertion de la tente du cervelet.
Les espaces lacunaires définis par ces membranes sont les sinus veineux qui participent à l’alimentation sanguine de la jugulaire.

3. La dure-mère à la jonction de la boîte crânienne et du canal vertébral.

En général il est décrit des insertions sur le bord du trou occipital qui font relais entre les insertions sur la crista galli et celles du sacrum. J’y ajouterai de manière clinique et empirique des adhérences jusque vers C3 surtout chez le cheval.

Petit Addenda Ostéopathique

- Avec la notion de force de traction médullaire c’est le système nerveux lui même qui prend de l’importance dans le lien crâne sacrum et non la dure mère comme on l’apprend en ostéopathie.
- Le filum terminal essentiellement composé de Pie mère, est le principal régulateur de la tension du système nerveux. D’où l’importance de son insertion [1] qui chez les animaux varie avec l’âge vraisemblablement Caud 7 à la naissance et C2/C1 sur les animaux âgés.
- L’œil est l’autre point de test et d’entrée de la perception de cette tension en effet il est une annexe branchée directement sur le SNC.

Post-scriptum

Dessins et textes adaptés du cours d’anatomie pour l’ostéopathie de Claire Douart, aimablement prêtés par leur conceptrice.

Notes

[1Homme : Coccyx ; Entres animaux en 4/5 ième caudale